Flamanville 1 et 2

La centrale nucléaire, également appelée Centre Nucléaire de Production d’Électricité (CNPE) de Flamanville, est située sur la commune de Flamanville (Manche), près des Pieux, sur la côte ouest de la péninsule du Cotentin.

Après 6 ans de travaux, les premières épreuves hydrauliques des réacteurs sont effectuées en octobre 1984 pour le réacteur no 1 et en septembre 1985 pour le réacteur no 2. L’unité de production no 1 est mise en service le 4 décembre 1985, pour atteindre sa puissance nominale le 18 mars 1986. L’unité de production no 2 est mise en service le 18 juillet 1986, pour atteindre sa puissance nominale le 6 novembre 1986.

Le site s’étend sur 120 hectares dont la moitié a été gagnée sur le domaine maritime. Une digue de 950 mètres de long et une jetée de 300 mètres protègent les installations. La plateforme du site de Flamanville est située à 12,4 m de hauteur.

Production et maintenance

Chacun des réacteurs nucléaires 1 et 2 de Flamanville peut fournir une puissance de 1 300 MW (Mégawatts) sur le réseau électrique.

La centrale participe à l’alimentation en électricité de la Basse-Normandie, de la Bretagne et des îles Anglo-Normandes, elle a produit sur l’année 2014, 18,9 térawatts-heures (TWh) correspondant à 4 % de la production française.

Tous les 12 à 18 mois les réacteurs sont arrêtés pour maintenance et rechargement partiel en combustible neuf. Il y a 3 types d’arrêts :

  • arrêt pour simple rechargement du combustible ;
  • visite partielle, consacrée au rechargement du combustible et à un important programme périodique de maintenance ;
  • visite décennale qui inclut des contrôles approfondis et réglementaires des principaux composants que sont la cuve du réacteur, le circuit primaire et l’enceinte du bâtiment réacteur.

Les réacteurs 1 et 2 de Flamanville sont des réacteurs à eau pressurisée (REP) du palier 4 (P4), de même que les réacteurs des centrales nucléaires de Paluel et Saint Alban.

Chantier Flamanville 3

En France, EDF, l’exploitant du parc nucléaire, anticipe un éventuel renouvellement des centrales à l’horizon 2020, en remplacement des tranches REP qui arriveront en fin de vie. Afin de bénéficier d’un retour d’expérience de conception et d’exploitation pour la construction de réacteurs à partir de 2020, EDF a décidé, avec l’accord des autorités gouvernementales, de construire une tête de série de 1600 MW, l’EPR sur le site de la centrale de Flamanville pour une mise en service prévue aujourd’hui en 2018.